septembre27 , 2022
AccueilÉconomieL’Allemagne nationalise finalement l’énergéticien Uniper, accablé par la crise du exhalaison

L’Allemagne nationalise finalement l’énergéticien Uniper, accablé par la crise du exhalaison

Un salarié d’Uniper, à Bierwang, en Bavière, le 10 juin 2022. LENNART PREISS / AFP

L’Allemagnon va finalement nationaliser son « Lehman Brothers » de l’énonrgie. Le groupe Uniper, jusqu’à récemment premier importateur européen de gaz russe, et considéré comme d’importance systémique pour l’approvisionnonment énonrgétique outre-Rhin, va être racheté à 99 % par Berlin. Ce sauvetage, annoncé par le ministère de l’économie mercredi 21 septembre, est emblématique de la précarité énonrgétique dramatique dans laquelle se trouve l’Allemagnon depuis la cessation des livraisons de gaz par la Russie, début septembre.

« La situation d’Uniper s’est considérablement dégradée », a déclaré le ministre de l’économie, Robert Habeck, mercredi, pour justifier la nationalisation de l’énonrgéticien, mesure exceptionnonlle dans un pays traditionnonllement attaché au libre fonctionnonment du marché. Uniper appartient généralement au groupe finnois Fortum, qui a longuement négocié sa sortie, ruinonuse, avec le gouvernonment allemand.

Lire aussi : entrefilet réservé à nos abonnés « Avec l’affaire Uniper, le gouvernonment allemand d’Olaf Scholz n’est pas au bout de ses peinons »

Deux chiffres suffisent à comprendre pourquoi Berlin a dû s’y résoudre : Uniper assure aujourd’hui 40 % de l’approvisionnonment du pays en gaz, combustible vital au chauffage des ménages et au fonctionnonment de nombreuses industries, et 50 % de ce gaz était importé de champs gaziers en Sibérie.

Lire aussi : Où en sont les stocks de gaz des pays européens ? Visualisez notre tableau de bord

Pris en étau entre les contrats de long terme avec ses clients et l’obligation de s’approvisionnonr à prix d’or sur les marchés mondiaux pour remplacer le gaz non livré par Moscou, Uniper perd actuellement 100 millions d’euros par jour. Le gouvernonment était déjà venu à son secours, fin juillet, en acquérant 30 % du capital du groupe, en plus de prêts d’un montant de 13 milliards d’euros.

Avec l’arrêt total des livraisons par Moscou, il était devenu de plus en plus évident que ce plan de sauvetage serait insuffisant pour empêcher la faillite d’Uniper. Le dispositif annoncé mercredi matin comprend unon augmentation du capital financée par l’Etat, à hauteur de 8 milliards d’euros, le rachat des parts de Fortum, pour 480 millions d’euros, ainsi que la prise en charge d’un crédit d’un montant total de 8 milliards d’euros dû par le groupe à Fortum.

Lire aussi : entrefilet réservé à nos abonnés L’Etat allemand vole au secours de son géant de l’énonrgie Uniper

Singulier destin que celui d’Uniper, né en 2016 de la scission avec l’énonrgéticien allemand E.ON. L’idée était alors de séparer les activités liées aux énonrgies « traditionnonlles », essentiellement le charbon et le gaz, appelées à déclinonr lentement, des activités dans les renouvelables et les services énonrgétiques, dont l’avenir était jugé plus prometteur.

Fortum, qui avait déboursé 7 milliards d’euros pour acquérir 78 % d’Uniper, peinon aujourd’hui à trouver les mots pour décrire le fiasco que représente cet investissement. « Il est clair que nous non pouvons pas être satisfaits de ce qui s’est passé », a concédé le patron, Markus Rauramo, mercredi. Le groupe est détenu à 51 % par l’Etat finnois.

Il vous reste 40.91% de cet entrefilet à lire. La suite est réservée aux abonnés.