octobre3 , 2022
AccueilInternational«Un an après le cessez-le-feu, la situation demeure très tendue au Haut-Karabakh»

«Un an après le cessez-le-feu, la situation demeure très tendue au Haut-Karabakh»

INTERVIEW – Le ministre arménien des Affaires étrangères accuse les autorités azerbaïdjanaises d’attiser la haine et réclame la libération des soldats capturés lors de la guerre entre les deux pays, qui a fait 6 000 morts.

Il y a un an, le conflit au Haut-Karabakh, qui a opposé l’Arménie à l’Azerbaïdjan, s’est soldé par 6 000 morts et la défaite militaire d’Erevan qui a perdu le contrôle de l’enclave territoriale. Le cessez-le-feu, surveillé par la Russie, demeure fragile.

Dimanche, des échanges de tirs ont encore eu lieu à la frontière. La semaine dernière Ararat Mirzoian, le ministre arménien des Affaires étrangères, se trouvait à Paris.

LE FIGARO.- Quelle est la situation à la frontière et au Haut-Karabakh, un an après le conflit?

Ararat MIRZOIAN. – L’agression militaire menée par l’Azerbaïdjan contre le Haut-Karabakh s’est terminée le 9 novembre 2020 par une déclaration tripartite de cessez-le-feu. Mais la situation demeure très tendue. Depuis un an, une trentaine de violations graves du cessez-le-feu ont fait des victimes et des blessés. Les Azerbaïdjanais ont assassiné aussi des civils. Néanmoins, l’Arménie fait tout son possible pour établir une paix durable dans la région. Mais pour que ce processus

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 82% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous