octobre3 , 2022
AccueilInternationalle casse-tête stratégique des menaces «hybrides»

le casse-tête stratégique des menaces «hybrides»

DÉCRYPTAGE – La Pologne a qualifié «d’attaque hybride» la crise migratoire. Mais le concept militaire demeure ambigu.

Dans les états-majors militaires, on surveillait le cyber, la désinformation ou encore la prédation économique, comme autant de nouveaux terrains de conflits dit «hybrides». On regardait aussi la manipulation des flux migratoires à des fins de déstabilisation. «Elle peut être très efficace», confiait un haut gradé il y a quelques mois. L’exemple turc et le spectre d’une nouvelle crise comme celle de 2015 était en tête. Le coup est finalement venu de Biélorussie, qui laisse s’amasser à sa frontière avec l’Union européenne des centaines de migrants.

Vendredi, l’Otan a condamné les «actions hybrides» de la Biélorussie qui instrumentalise des «flux d’immigration irrégulière». Quelques jours auparavant, le gouvernement polonais avait qualifié la crise «d’attaque hybride». Le terme a été repris par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Les mots sont posés. Mais ils contiennent leur part de piège.

Décision politique

Le terme d’hybridité est désormais un passage obligé de toute réflexion

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 77% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous