octobre3 , 2022
AccueilInternationalen fauteuil roulant, la ministre de l'Énergie israélienne n'a pas pu accéder...

en fauteuil roulant, la ministre de l’Énergie israélienne n’a pas pu accéder à la conférence

Karine Elharrar, la ministre de l’Énergie israélienne, a essayé d’accéder aux locaux de la COP26 durant deux heures et par différentes entrées, avant de retourner à son hôtel.

Alors que la COP26 commençait ce lundi à Glasgow, Karine Elharrar est restée bloquée à l’entrée de la conférence parce qu’aucun accès ne lui permettait de passer avec son fauteuil roulant. Durant deux heures, la ministre de l’Énergie israélienne, qui souffre de dystrophie musculaire, a été conduite d’entrée en entrée, sans jamais pouvoir accéder aux locaux, a indiqué The Jerusalem Post .

Il lui a ensuite été proposé d’emprunter une navette qui n’était pas, elle non plus, adaptée aux fauteuils roulants. Karine Elharrar a donc été contrainte de rentrer à son hôtel, sans avoir pu assister à la conférence.

Sur twitter, la ministre est directement revenue sur l’incident : «Je suis venue à la COP26 pour rencontrer mes homologues du monde entier et promouvoir une lutte commune contre la crise climatique. Il est regrettable qu’en 2021, l’ONU, qui promeut l’accessibilité pour les personnes handicapées, ne la fournisse pas à ses événements. J’espère que les leçons seront retenues et que demain, je m’occuperai de la promotion de l’énergie verte, de l’élimination des barrières et de l’efficacité énergétique», écrit-elle.

Plusieurs membres du gouvernement israélien se sont exprimés dans la foulée. À commencer par le premier ministre, Naftali Bennet, qui s’est entretenu avec elle et a qualifié la situation d’«inacceptable». Il s’est d’ailleurs engagé à ce que les locaux de la conférence soient accessibles à Karine Elharrar dès le lendemain. Le ministre des affaires étrangères, Yair Lapid, a quant à lui interpellé les organisateurs de la conférence qui devraient selon lui savoir que «vous ne pouvez pas faire attention au futur, au climat et à la durabilité, sans prendre soin des gens, de l’accessibilité et des personnes handicapées».

Neil Wigan, l’ambassadeur britannique en Israël a également déploré cet incident dans un tweet publié lundi : «Je suis perturbé d’entendre que la ministre n’a pu accéder aux rencontres de la COP26. Je m’excuse profondément et sincèrement auprès de la ministre. Nous voulons un sommet pour le climat qui soit accueillant et inclusif pour tout le monde».

Côté britannique, c’est le ministre d’État au Moyen-Orient et à l’Afrique du Nord James Cleverly qui s’est exprimé. S’il s’est dit «profondément frustré» que la ministre n’ait pas pu accéder à la COP26, il a aussi affirmé que les locaux étaient «conçus pour être accessibles à tous». Le site internet de l’événement indiquait d’ailleurs que la conférence serait «accessible en fauteuil roulant». Les membres de l’organisation n’ont pas souhaité répondre aux questions du Jerusalem Post sur cette incohérence.

À VOIR AUSSI – Handicapés: veut-on vraiment les inclure?