octobre3 , 2022
AccueilInternationalThomas Sankara, l'éternelle légende panafricaine

Thomas Sankara, l’éternelle légende panafricaine

PORTRAIT – A 33 ans, le capitaine aux idées révolutionnaires devient le plus jeune président d’Afrique. Assassiné en 1987, le «Che Guevara africain», reste aujourd’hui un mythe pour la jeunesse.

L’amphithéâtre new-yorkais est d’un silence total lorsque sa voix s’élève. Béret rouge étoilé et treillis kaki, Thomas Sankara dresse à la tribune des Nations unies un réquisitoire contre l’ordre international établi. «Je parle au nom de ces millions d’êtres qui sont dans les ghettos parce qu’ils ont la peau noire ou qu’ils sont de cultures différentes, et qui bénéficient d’un statut à peine supérieur à celui d’un animal». Les chefs d’État écoutent, bouche bée. Comment ce jeune capitaine, arrivé au pouvoir par les armes, ose-t-il parler de la sorte ? «À bas l’impérialisme ! À bas le néocolonialisme !», conclut d’une voix forte le «Che Guevara africain».

En ce 4 octobre 1984, son discours marque les fondements de ce qui restera le «sankarisme». Le leader panafricain est alors au sommet de sa popularité, mais sa gouaille révolutionnaire dérange autant qu’elle galvanise. Trois ans plus tard, il est assassiné. Par qui, pourquoi ? Des décennies plus tard, à l’heure du procès

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 87% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous