octobre3 , 2022
AccueilElections«Qui ne respecte pas les règles démocratiques?»

«Qui ne respecte pas les règles démocratiques?»

CONTRE-POINT – Une dépêche samedi faisait état de «heurts entre pro et anti-Zemmour», comme si la violence était le résultat d’un affrontement entre deux camps rivaux partageant la responsabilité de la brutalité…

Nantes n’est pas la ville de Guignol, pour reprendre la comparaison utilisée par Anne Hidalgo à propos d’Éric Zemmour. Car ce qu’ont vécu les forces de l’ordre et les personnes venues écouter l’auteur de La France n’a pas dit son dernier mot n’est ni du théâtre ni une plaisanterie. C’est bien de la violence concrète, brutale et faite pour intimider qu’ont exprimé ceux qui, sans rire non plus, se posent en ennemis du «fascisme».

Cet épisode, et les réactions autant que les silences qu’il a suscités, est révélateur des prismes utilisés pour aborder la campagne du non encore candidat qui fait le plus parler de lui. Une première dépêche, samedi après-midi, faisait état de «heurts entre pro et anti-Zemmour», comme si la violence était le résultat d’un affrontement entre deux camps rivaux partageant la responsabilité de la brutalité, alors qu’à Nantes il y a eu clairement des agresseurs d’un côté – le collectif Nantes révoltée associant antifas et sympathisants communistes -, et des agressés de

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous