octobre3 , 2022
AccueilElections«Présidentielle 2022, l’entrée dans le temps des incertitudes»

«Présidentielle 2022, l’entrée dans le temps des incertitudes»

CONTRE-POINT – L’entrée en campagne formelle d’Éric Zemmour pourrait aboutir sur deux scénarios contradictoires: consolidation, ou affaissement rapide. D’autre part, l’abaissement du seuil d’accès au second tour fait espérer la gauche.

Éric Zemmour a beau se dire étranger au sérail de la politique, il use déjà avec le même aplomb de la ficelle la plus usitée par ceux qu’il appelle les «professionnels de la candidature», à savoir entretenir un vrai-faux suspense sur leurs intentions. L’auteur de La France n’a pas dit son dernier mot aurait eu tort de se priver de cette coquetterie: dans cette longue précampagne, là où tant de prétendants imputaient leur surplace dans les sondages au fait de ne s’être encore formellement déclarés, lui a effectué une percée qui a surpris tout le monde par son ampleur sans être clairement candidat.

L’officialisation de sa démarche rimera-t-elle avec consolidation ou banalisation? Son irruption dans le débat a donné en tout cas le coup d’envoi de la campagne présidentielle. En quelques semaines, on est passé du calme plat, quoi que fassent les autres acteurs du jeu, aux incertitudes. Au sortir de l’été, dans la lignée de tous les sondages publiés depuis 2017, la photographie de l’électorat

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous