octobre3 , 2022
AccueilInternationalPlongée au cœur de l’Irak morcelé, à l’approche du retrait américain

Plongée au cœur de l’Irak morcelé, à l’approche du retrait américain

GRAND REPORTAGE – Des législatives ont lieu dimanche alors que Bagdad cherche à regagner sa souveraineté face à Washington et aux milices inféodées à l’Iran.

Envoyé spécial en Irak

Au coucher de soleil, l’ombre de Samir al-Taï apparaît au loin. Sa maison est perchée au sommet d’une montagne de gravats qui domine le Tigre. Image surréaliste d’un vieil homme passant ses fins de journée à contempler, de sa chaise, les eaux majestueuses du fleuve qui traverse Mossoul. Tout autour, c’est la désolation dans Meidan, l’ultime quartier de la vieille ville à avoir été libéré, en juillet 2017, du joug sanguinaire de Daech.

«Je suis né ici, il y a 64 ans, dit Samir al-Taï, vêtu d’une dishdash grise, la longue tenue traditionnelle. À cause de l’ignorance des gens, notre pays a fait un tragique bond en arrière». Il a vécu pendant trois ans sous la coupe des djihadistes, qui avaient fait de Mossoul la «capitale» d’un califat autoproclamé, finalement défait par une coalition militaire internationale. Son frère et sa nièce sont morts dans les combats.

«Trésor caché»

Grâce à l’aide d’ONG, sa maison est l’une des rares à avoir été reconstruite à Meidan. Aux murs délabrés de certaines

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous