octobre3 , 2022
AccueilInternationalLes tensions entre la Serbie et le Kosovo donnent un prétexte dilatoire...

Les tensions entre la Serbie et le Kosovo donnent un prétexte dilatoire à l’UE

Le 20 septembre dernier, les tensions ont de nouveau éclaté à la suite de l’interdiction, par le Kosovo, de circuler avec des plaques d’immatriculation émises en Serbie.

À Belgrade

Les relations entre Belgrade et Pristina constituent plus que jamais l’un des principaux obstacles à l’intégration des Balkans occidentaux dans l’UE – certains y voyant d’ailleurs un prétexte bien commode.

Le 20 septembre dernier, les tensions ont de nouveau éclaté à la suite de l’interdiction, par le Kosovo, de circuler avec des plaques d’immatriculation émises en Serbie, assortie de l’obligation de les remplacer par des plaques kosovares. Pour la première fois, le premier ministre du Kosovo, Albin Kurti, a brandi la carte de la «réciprocité», les véhicules immatriculés «République du Kosovo» – non reconnue par Belgrade – étant contraints depuis des années à prendre des plaques serbes temporaires pour entrer en Serbie.

Pour faire appliquer la mesure, Pristina a dépêché ses forces spéciales dans le nord du pays, peuplé en majorité de Serbes. Ce à quoi Belgrade a riposté en relevant le niveau d’alerte de son armée et en instruisant la population d’ériger des barricades «pour défendre

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 62% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous