septembre27 , 2022
AccueilElections«Les pratiques suicidaires sont désormais proscrites»

«Les pratiques suicidaires sont désormais proscrites»

ENTRETIEN – Le sénateur de la Manche, qui préside l’instance chargée de contrôler l’élection du candidat de la droite et du centre pour la présidentielle, réfute le risque de division.

LE FIGARO. – Quelles sont vos priorités?

Philippe BAS. – Nous sommes chargés du contrôle, pas de l’organisation. Avec Olivier Dutheillet de Lamothe (ancien membre du Conseil constitutionnel) et Rémi-Pierre Drai (avocat des Républicains), nous sommes garants du respect de la démocratie pour la désignation de notre candidat ou de notre candidate à la présidentielle, ce qui suppose vigilance, indépendance et neutralité. Nous partons d’ailleurs d’une pratique bien rodée: six scrutins électroniques organisés depuis 2017, qui n’ont donné lieu à aucune contestation. Les statuts nous confient trois missions: valider le corps électoral, vérifier la recevabilité des candidatures, s’assurer de la sincérité du scrutin.

Si les adhésions au parti LR, obligatoires pour participer au scrutin, restent ouvertes jusqu’au 15 novembre, comment Les Républicains peuvent-ils écarter le risque d’un gonflement tactique de celles-ci?

Notre première exigence a justement été de vérifier que les tentatives d’adhésions

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 83% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous