septembre27 , 2022
AccueilStyleHorlogerie: en toute indépendance

Horlogerie: en toute indépendance

Parfois, le visage du temps ne correspond absolument pas à ce que vous pourriez imaginer. Un temps fou, ou du moins déraisonnable, à célébrer dans toute sa créativité débridée.

«Ceci n’est pas une pipe», peignait Magritte à la fin des années 1930. Ceci est-il vraiment une montre, un garde-temps, une horloge? L’art horloger peut se faire aussi prospectif que ses œuvres, quand il le veut bien. Loin des lignes formatées, du sport chic décliné ad libitum, des prix (presque) raisonnables, la haute horlogerie sait sortir des sentiers battus pour susciter le débat. N’est-ce pas notamment à cela que l’on reconnaît un art véritable?

SDP

L’art du temps, c’est tout autant être en mesure de produire des montres séduisant des millions d’amateurs à travers le monde que des pièces d’exception repoussant les limites de la raison, de la technique comme de l’esthétique. C’est d’ailleurs cette créativité renouvelée que célèbre le GPHG depuis vingt ans. Un grand prix d’horlogerie de la ville de Genève dont les trophées sont devenus les «Oscars» de l’horlogerie, et qui a su se réinventer pour préserver son indépendance, sa crédibilité, sa créativité. Ainsi, c’est désormais une académie

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous