septembre27 , 2022
AccueilElectionsEmmanuel Macron et la campagne qui ne dit pas son nom

Emmanuel Macron et la campagne qui ne dit pas son nom

DÉCRYPTAGE – Maître de son calendrier, le président observe LREM accélérer ses initiatives.

Éric Zemmour a pris sa décision. Marine Le Pen a pris du retard. Anne Hidalgo a (re)pris de l’élan. La droite prend son temps. À mesure que se dissipe le brouillard qui obstruait la ligne de départ de la présidentielle, l’attention se porte sur Emmanuel Macron. Le chef de l’État, qui s’est engagé à gouverner «jusqu’au dernier quart d’heure», multiplie depuis la rentrée les signaux d’une précampagne qui ne dit pas son nom.

Mi-président mi-candidat, il enchaîne les déplacements et les annonces pour se projeter bien au-delà de son quinquennat. Un jour à Marseille pour la transformer en «capitale de la Méditerranée» en quinze ans. Un jour à l’Élysée pour présenter un grand plan d’investissement baptisé France 2030. Un autre à Poitiers pour penser la justice de demain. Bientôt ailleurs pour officialiser en grande pompe la création de six EPR, après avoir déjà misé sur les petits réacteurs nucléaires SMR.

Dans l’opposition, les intentions d’Emmanuel Macron ne font guère de doute: le président de

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous