octobre3 , 2022
AccueilElections«Banaliser l’entrée en campagne du président»

«Banaliser l’entrée en campagne du président»

CONTRE-POINT – L’idée est d’installer dans l’opinion le sentiment d’un continuum entre les deux quinquennats.

Ce ne sera pas le coup d’envoi de la campagne présidentielle, mais ça y ressemblera. Au campus d’Avignon, dimanche, Stanislas Guérini, délégué général de LREM exprimera son désir de voir Emmanuel Macron effectuer un second mandat. Ce n’est pas une surprise, mais ce sera le coup d’envoi d’appels, y compris en provenance de personnalités et d’élus n’appartenant pas encore à la majorité.

Les chefs mécaniciens de la macronie réclament toutefois un pilotage fin de l’opération candidature. L’envie d’un second mandat va de soi. Seul François Mitterrand en 1988 avait su créer le doute et faire du coup de com «Tonton laisse pas béton» le moyen d’un changement d’image. Et en 2016, François Hollande avait été victime plus qu’acteur d’un véritable suspens, tant sa capacité à se représenter s’était émoussée.

Pour Macron rien de tel. Personne, à commencer par lui-même, ne croit qu’à 44 ans, le président soit lassé d’une fonction qui ne lui réussit pas si mal. En dépit des crises passées et des incertitudes

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 65% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous