octobre3 , 2022
AccueilInternationalAprès le massacre de Kunduz, les talibans défiés par l’État islamique

Après le massacre de Kunduz, les talibans défiés par l’État islamique

REPORTAGE – Les nouveaux maîtres de l’Afghanistan se retrouvent tiraillés entre leur promesse d’assurer la sécurité, et la crainte de perdre une part de leurs troupes s’ils modèrent leurs positions.

Après vingt ans d’insurrection contre des gouvernements successifs, le temps de la guérilla est passé. La guerre, elle, ou quelle que soit la dénomination de cet état d’instabilité dans lequel émergent, s’affrontent et s’unissent groupes terroristes et criminels, est loin d’être terminée.

Les talibans, aujourd’hui, forment un gouvernement. Leurs combattants – parfois des adolescents rarement entraînés – sont devenus une armée nationale. Ils font face à la faction afghane de Daech, appelée État islamique au Khorasan (EI-K) en référence à cette région historique qui comprenait le nord-est de l’Iran, le sud du Turkménistan et le nord de l’Afghanistan. L’EI-K, réduit à quelques poches disparates et qui a perdu un grand nombre de combattants, n’en demeure pas moins l’ennemi principal des talibans.

Attentats meurtiers

Vendredi 8 octobre, ce groupe a ainsi revendiqué un massacre – encore un – dans une mosquée de Kunduz, dans le nord du pays. Il a coûté la vie à une centaine de civils après qu’un kamikaze a fait détoner

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous