septembre28 , 2022
AccueilElections«Les trois préalables d’Anne Hidalgo»

«Les trois préalables d’Anne Hidalgo»

CONTRE-POINT – Pour franchir le seuil des 7 % à 8 % que les sondages lui promettent à ce jour pour la présidentielle, la maire de Paris doit jouer les équilibristes.

Fidèle à la Seine, mais en s’éloignant de Paris pour aller vers le large. Le choix de Rouen fait par Anne Hidalgo pour annoncer sa candidature à la présidentielle a valeur de symbole.

C’est le fauteuil de maire de la capitale qui lui a donné sa notoriété, son statut politique et son expérience de gestion. Sans ce mandat municipal, décroché il y a vingt ans, pas de campagne présidentielle aujourd’hui. Mais cette étiquette parisienne est aussi son premier handicap, les préoccupations et les modes de vie de ces deux millions d’urbains étant si différents de ceux des soixante-six millions de Français. Ce lien à Paris la renvoie aussi à cet engagement de campagne, écrit noir sur blanc alors que son nom circulait déjà comme recours de la gauche: aller jusqu’au terme de son deuxième mandat et ne pas briguer l’Élysée.

Faire un peu oublier Paris, donc. Un peu seulement, car pas question de quitter le fauteuil de maire – Chirac ne l’avait pas plus fait ; c’est bien comme premier édile qu’elle assistera

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 73% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous