octobre3 , 2022
AccueilStyleLe salon Geneva Watch Days cultive l’indépendance horlogère

Le salon Geneva Watch Days cultive l’indépendance horlogère

Seul rendez-vous du secteur cette année, il s’est tenu la semaine dernière, au bord du lac de Genève. Une autre façon de concevoir le temps.

Genève est une ville de contrastes. Au bord du lac, sous un soleil estival, on peut croiser en même temps un citoyen helvète juché sur un grand bi et une Lamborghini Aventador aux couleurs d’une cryptomonnaie… À deux pas d’un manège de chevaux de bois jouant un tube de Boney M. repris à l’accordéon musette, les Geneva Watch Days envahissaient en toute discrétion, du 30 août au 3 septembre, le vénérable Beau-Rivage, aux suites dignes de l’impératrice Sissi (d’ailleurs assassinée en quittant l’hôtel et qui décéda dans sa chambre).

On connaissait la musique de chambre, voire le sport, voici que ce salon intimiste invente l’horlogerie de chambre. Futuriste, luxueux, abordable, joaillier ou vintage… à chaque marque son style et ses créations au gré des étages et des couloirs de l’établissement fondé en 1865. «C’est essentiellement un salon pour les indépendants, résume Jean-Christophe Babin, le CEO de Bulgari, à l’initiative de ce concept (osé) imaginé à l’été 2020, en pleine pandémie. Pour y

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 77% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous