septembre27 , 2022
AccueilStyleLa nouvelle vague de l’horlogerie française

La nouvelle vague de l’horlogerie française

DÉCRYPTAGE – Chose inimaginable il y a encore quelques années, les montres tricolores ont le vent en poupe. Reste à clarifier le «made in France» sur les questions d’emploi et de fabrication.

Décidément, les temps ont changé. Hier encore, le simple fait de parler d’horlogerie française prêtait à sourire. Surtout de l’autre côté de la frontière, en Suisse. «Il y a à peine cinq ans, il n’existait encore que quelques sociétés: March LA.B., Michel Herbelin et nous-mêmes, Lip, se souvient Pierre-Alain Berard, directeur de la célèbre marque fondée par les frères Lipmann. Les Suisses éclataient de rire quand on parlait d’horlogerie hexagonale. Ce n’est plus le cas désormais. La meilleure preuve est qu’aujourd’hui je rencontre des fabricants de mouvements suisses qui nous prennent au sérieux.»

Tout le monde semblait donc avoir oublié les maîtres horlogers de Blois sous François Ier ; les inventions parisiennes d’Abraham-Louis Breguet ; le métier de Beaumarchais, horloger avant d’être auteur et espion ; la manufacture construite par Voltaire sur ses propres terres… Et pourtant, malgré la vague du quartz, le succès du label Swiss Made et la désindustrialisation de la France à compter des

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous