septembre27 , 2022
AccueilInternationalAbdelaziz Bouteflika, décédé dans l'oubli mais épargné par la justice

Abdelaziz Bouteflika, décédé dans l’oubli mais épargné par la justice

ANALYSE – Alors que la justice s’est attaquée à presque tout son entourage, l’ancien président n’aura jamais été inquiété. Il a cependant disparu dans ce qu’il déteste le plus, l’invisibilité.

Correspondant à Alger

Des milliers d’Algériens s’étaient massés aux balcons et au bord des routes, en attendant le passage du convoi qui allait le conduire, tel un roi, jusqu’au cimetière d’El Alia où reposent les présidents et les hommes qui ont fait de l’Algérie un pays indépendant. Ils étaient aussi des milliers à aller le prier et le pleurer à la grande mosquée, la plus grande d’Afrique, pharaonique chantier de son règne enfin achevé et auquel il avait donné, après un plébiscite général, son nom.

De telles funérailles, Abdelaziz Bouteflika les avait sûrement imaginées des dizaines de fois. Mais l’Histoire dans laquelle il voulait si férocement entrer comme un père de la nation en a décidé autrement. C’est donc oublié de son pays et de son peuple que l’ex-président algérien, dont le décès a été annoncé par un laconique communiqué de la présidence dans la soirée du 17 septembre, a rejoint l’éternité et le panthéon des présidents déchus.

La chute

Depuis sa dernière apparition en robe de chambre, un

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 83% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous