octobre3 , 2022
AccueilInternationalÀ Khabarovsk la frondeuse, la désillusion des électeurs russes

À Khabarovsk la frondeuse, la désillusion des électeurs russes

REPORTAGE – Alors qu’ont lieu en Russie, à partir de ce vendredi et jusqu’à dimanche, des élections à la Douma et pour désigner certains gouverneurs, la ville de Khabarovsk, tout à l’est du pays, théâtre l’an dernier de vastes manifestations contre le pouvoir fédéral, oscille entre résignation et mobilisation face à un scrutin très verrouillé.

Envoyé spécial à Khabarovsk

Ils sont une vingtaine, jeunes et vieux, à se réunir tous les jours, à 18 heures, depuis un an, en deux groupes, sur la grande place Komsomolskaya et sur celle de l’Amitié, à l’autre bout du centre-ville de Khabarovsk, dans l’Extrême-Orient russe. «Libérez Fourgal», proclament leurs banderoles. Arrêté le 9 juillet 2020 et démis de ses fonctions, «leur» gouverneur, Sergueï Fourgal, à la tête de la région depuis deux ans, avait été conduit dès le lendemain à Moscou pour y être incarcéré. Soudainement accusé d’avoir trempé dans une affaire de meurtre remontant à une quinzaine d’années, cet élu populaire qui dérangeait le pouvoir risque vingt ans de prison. La date de son procès n’a toujours pas été fixée.

«Fourgal est mon gouverneur, j’ai voté pour lui et il a été arrêté illégalement, on nous l’a volé. Je proteste depuis le premier jour et je continuerai», déclare Nikita Karayev, l’une des figures du mouvement, qui, à son pic, à l’automne dernier, a fait descendre

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous